L'avidité, toujours d'actualité

Si dans leur injustice, les hommes pouvaient au moins s'entraider !

Justice ! Un des mots-clefs des revendications humaines. Mais qu'est ce qu'est cette justice ? Reconnaissons que le plus souvent, elle se limite à la satisfaction de nos attentes et de celles des êtres auxquels nous nous identifions spontanément.

Si nous étions lucides, nous nous rendrions compte que nous même nous ne cessons d'écraser les autres, par nos attitudes, par nos jugements. Parfois, au nom  même de la justice, nous multiplions les divisions.

Puissions nous comprendre l'appel appliqué de Jésus << Si dans leur rapacité, les hommes pouvaient au moins apprendre à s'entraider >>.

Le livre d'Amos, (VII siècle avant Jésus Christ) révèle des pratiques qui sont toujours d'actualité.15080136-1.jpg

<<Ecoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre, pour anéantir les humbles du pays, car vous dites <<Quand donc la fête de la nouvelle lune sera t-elle passée , pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le Sabbat sera t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuerr les mesures, augmenter les prix et fausser les balances. Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d'argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu'aux déchets du froment !>>





N'est ce pas ce langage que tiennent en substance les directeurs des grands groupes devant leurs    actionnaires:fichier-image-sans-titre.jpg

<<Oui, je vous promets que nous prendrons le maximum d'argent au plus grand nombre possible de pauvres (qui deviendrons de ce fait plus pauvres), pour que vous puissiez devenir plus riche ! >> discours salué par une "standing ovation " lors des conseils d'administration.

 

 L'injustice de ce monde est flagrante. Partout depuis toujours, la violence règne. On peut penser qu'elle s'impose plus que jamais, car les moyens techniques de notre temps en facilite la croissance. L'homme est un loup pour l'homme.

Tous, dans quelques mesures, directement ou indirectement, nous participons à l'oeuvre de destruction : dans nos rapports interprofessionnels, dans nos rapports sociaux, politiques, économiques. Nous sommes complices, parce que nous nous centrons instinctivement sur nous même, en nous posant comme absolus. Faussés dans nos relations à nous même, nous le sommes par conséquent dans notre relation avec Dieu et avec nos frères. Quand survient la catastrophe, conséquence de cet état de choses, nous nous exclamons << Si nous avions su ...Pourquoi ne nous a-t-on pas prévenus ?>> Mais nous ne voulons pas savoir. Nous méconnaissons tous les avertissements de l'histoire !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 23/09/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×