Dogora au Futuroscope

Comment qualifier cette soirée où 1000 “acteurs” (le mot artiste ne s’appliquant pas à ces choristes bénévoles) se sont produits devant plus de 7000 spectateurs ?
Le mot qui me vient à l’esprit: Mémorable
Dans cet écrin de verdure dominé par l’emblème du Futuroscope, son premier bâtiment qui affiche 25 ans, cette boule géante qui fut longtemps l’image du parc de loisir, les pelouses en pentes accueillent les spectateurs.dogora-fut0069-1.jpg Face à eux, les gradins qui vont recevoir les choristes, qui constituent le joyau de cette soirée. Le crépuscule en cette soirée de fin août, nimbe ce décor accentuant le mystère entourant cette structure. Les projecteurs illuminent ces gradins pour l’instant vides et soudain, tout s’anime ! Le long ruban multicolore craché par les 3 accès réservés dans la structure, s’écoule en 6 serpentins gravissant les différents niveaux. Les 800 choristes et les 200 enfants, heureux de se produire dans un tel environnement s’installent en un ordre impeccable.
Au pied des gradins un espace recevant l’orchestre symphonique scintille sous les feux des projecteurs mettant en valeur les cuivres et percussions.
Tous les acteurs sont en place, il règne une athmosphère d’attente d’un grand évènement souligné par le Directeur du Futuroscope mettant en exergue la dimension “imaginaire” du parc et  l’oeuvre d’Etienne Perruchon, présent dans la foule.
Reste à mettre cet ensemble en mouvement, les deux chefs Dorothée et Augustin Maillard sont les déclencheurs attendus. Et magiquement leur baguette ouvre le spectacle: dogora-fut0125.jpg
Tagni viconia! éclate révélant dès les premières notes la puissance d’un tel ensemble.
Le langage imaginaire de l’auteur compositeur s’épanouit dans cet univers dédié à l’image et conçu pour provoquer le rêve. L’alternance des choeurs, enfants (bien en évidence tout de blanc vêtus) adultes, solistes, orchestre, forme une architecture musicale qui transporte les spectateurs dans un univers insolite, harmonieux, servi par la puissance de ce choeur exceptionnel. Les spectateurs sont sous le charme et réagissent aux différents rythmes des mélodies, vivent intensément ce moment magique, participent en chantant avec le choeur la Vidjamée, sous l’impulsion d’Etienne Perruchon venu rejoindre les solistes
Et, quand à la fin, dans le but de marquer ce vingtcinquième anniversaire le choeur entonne
<<Joyeux anniversaires>> les 7000 spectateurs se fondent en un immense choeur.

Etienne Perruchon auteur-compositeur de Dogora 

chant choral actualité

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×