D'aventure en aventure

<< Et d’aventure…. En aventure…>>

vivaldi.jpg

Essai de Chronique, sur une idée de Charles Nicol

Histoire d’une aventure qui a entraîné des centaines de choristes poitevins dans l’univers merveilleux de grands chœurs, l’étude et l’interprétation d’œuvres qu’une simple chorale ne pouvait envisager de travailler seule

Et d'aventure en aventure ....

img-8065.jpg

Air bien connu qui me colle à la peau depuis que j’ai mis le doigt dans l’engrenage des rassemblements de chorales.

« Vivaldi en Vienne »

1997 suite à une conversation d’Augustin Maillard à Oiron avec quelques chefs de chœurs, conversation portant sur l’éventualité de monter le Gloria de Vivaldi, le projet voit le jour.

Dès la 1ère réunion à Fontaine le comte, on s’aperçoit que le projet suscite un grand engouement auprès des chorales et que sa mise en place demandera une organisation structurée.

Se sont inscrites dans le projet les chorales de : Buxerolles, Chauvigny, Fontaine Le Comte, Iteuil, Lusignan, Migné-Auxances, Montmorillon, Oyré, Poitiers chœur du CNR, Chœur du Lycée Victor Hugo, St Benoît, St Savin, soit 450 choristes.

De l’idée qui suscite l’enthousiasme, à sa réalisation, il y a un grand pas à franchir, d’autant plus que pour tout le monde, le projet est innovant, personne n’ayant jusque là mené un projet d’une aussi grande envergure.

Le 10 janvier 1998 se tient, l’assemblée générale constitutive de l’association « Vivaldi en Vienne ». Le bureau est constitué de :

Jean Louis Jalbert     Président (Fontaine le Comte)

Charles Nicol             vice président (Migné)

Dominique Ravard    vice président (CNR)

Geneviève Bonnifait secrétaire (Fontaine)

Patrica Lucquiaud     secrétaire adjointe ( Iteuil)

Yann Méheux                        Trésorier (Chauvigny

Aliette Chagnaud       Trésorière adjointe ( St Benoît)

Afin d’associer les chorales à l’organisation, des commissions sont créées : Communication ; Représentation ; Finances ; Secrétariat ; Technique.

Lors de la 1ère réunion de coordination, dont l’ordre du jour est l’établissement du budget, on découvre que le plateau artistique (chef de chœur et instrumentistes) atteint des sommes que nous n’avions jamais imaginées. L’angoisse nous étreint quelque peu et Augustin accepte de revoir ses cachets en fonction des résultats.

7 concerts sont programmés (3 pour chaque groupe + 1 à Oiron) et, devant le succès engendré, un 8ème concert regroupant les 450 choristes a lieu salle des pas perdu du Palais de justice. (pour 600 chaises installées, on vendra 750 places)

Au bilan final les recettes totaliseront 50 437 euros pour 35 312 euros de dépenses. Le bénéfice a été partagé entre toutes les chorales participantes au prorata du nombre de choristes.

L’organisation préparatoire a été exemplaire. Alors que nous découvrions au fur et à mesure les problèmes liés à une telle initiative, l’équipe directrice s’est révélée solidaire et très soudée. Toute l’organisation reposant sur le bureau, tout le monde a pu constater leur efficacité, chacun dans le rôle qu’il avait accepté de prendre en charge, ayant assuré pleinement. Leur complémentarité a été d’autant plus exemplaire, qu’ils ne se connaissaient pas avant le projet. Mais plus que cette complémentarité technique, c’est l’amitié qui s’est instaurée entre eux qui est remarquable et a laissé en chacun un souvenir ému.

Le 17 octobre 1998, Vivaldi en Vienne se saborde, mission accomplie.

Petite interruption par un « flash back » par Augustin

           En fait tout à démarré grâce (faudrait-il dire « à cause de ? ») Françoise Laurent, chef de la chorale « Syracuse » de Naintré, membre de l’E.Vocal C.Janequin de Châtellerault ! A la fin d’une répé, elle me dit : « ce serait super de faire une grande œuvre avec un rassemblement de chorale et avec l’EVCJ comme chœur pilote ». Ma première réaction était de dire : « les chefs de chœurs ne vont-ils pas ressentir ceci comme une « prise de pouvoir » ?, sa réponse fût : »bien sûr que non ! », Ensuite ma question : vais-je savoir m’adresser à des choristes pas forcément formés ?, réponse de l’époque : on verra bien (réponse toujours d’actualité !) Bref, ce fût le Gloria de Vivaldi, projet piloté par Martial Doussinot, membre de « Syracuse » et président de la MJC de Naintré. Ce fût un super moment, des concerts pleins, une super bonne ambiance, bref, le pied !

           Etape suivant (toujours à Châtellerault ( !), Jean-Marie Morange (membre de Syracuse « décidément ») et de l’EVCJ (« re-décidément ! ») me dit : «  il faudrait faire quelque chose pour amener des sous à « La Ferme de l’Espoir », centre d’accueil des déshérités de la vie sur Châtellerault, ne pourrions –nous pas faire un concert de chorales ? » Chiche, et c’est parti sous la conduite du Rotary Club de dont le président de l’époque est Thierry Anselin. Et là, gros étonnement de ma part, cette idée qui partait pour rendre service aux autres, a institué un RV annuel des chorales du  Châtelleraudais,  a créé des liens d’une grande richesse ; finalement, le « retour » a été génial et je disais à Jean-Marie : « ce que tu réunis là, quelqu’un comme moi ne pourrait pas, ce serait « le prof du conservatoire », alors que là, c’est toi, choriste qui le fait.

           Le projet Vivaldi en Vienne est parti en se disant, « si on faisait à Poitiers ce qu’on à fait à Châtellerault !

           Idem pour le concert à la salle Lawson Body de Poitiers (salle dont je suis tombé amoureux quand l’EVCJ a participé à un gala de volley quelques années plus tôt) au profit de Rétina France dans l’opération « Mille chœurs pour un regard ». Nous avons, avec Dorothée, proposé aux chorales de Poitiers des environs de chanter ; il y a eu 800 choristes, pour une soirée « volley-ball – concert ».

           « Concert Stade 2000 » a été la convergence des 2 idées : rassemblement de chorales avec des chœurs pilotes mais pas rassemblement pour nous-mêmes, mais au profit de ceux qui en ont besoin.


Pour marquer ce succès, encore imprégné de ces concerts donnés dans des salles combles, applaudis par un public chaleureux et enthousiaste, je décidais d'utiliser mes modestes talents de sculpteur pour réaliser une oeuvre symbolisant l'évènement. 

Mais comment illustrer ce "Gloria de Vivaldi" ?

D'abord pour le socle, j'imaginais une clef de sol, base de la musique. Ensuite le "V" de Vivaldi, mais aussi de victoire et une forme d'ailes symbolisant l'envol du chant choral vers d'autres succès ! 

Reposant entre ce V, le violon instrument favori de Vivaldi. En remerciement à nos chefs qui nous font vivre de si belles aventures, je l'ai offerte à Augustin et Dorothée.

Victoire du Gloria

gloria.png














Premier volet d'une série dont la suite est à venir

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×