Catastrophe !! le chantier est stoppé !!

Réflexions sur une situation de crise

Le contexte

Le choix constructif de réaliser des pieux en guise de fondations, a été choisi comme étant le mieux adapté à la spécificité des dalles bois. Dans cette perspective, Toit par toi a demandé un devis (11 mai) à une entreprise, pour connaître le budget à imputer au titre des fondations.  Ce choix était défini comme un gage de bonne réalisation (par des professionnels) d'une sécurité pour les auto-constructeurs qui pourraient faire appel et faire jouer la garantie décennale de l'entreprise en cas de sinistre, une organisation du chantier mieux adaptée car l'entreprise travaillant en semaine pouvait gérer l'intervention des « toupies béton » ( ces centrales ne livrant pas les week-end) et enfin, le fait de pouvoir démarrer tout de suite par les dalles bois, simplifiait l'organisation mise en place par l'animateur technique. La communication du BE DG sol , aurait du susciter une réaction des professionnels en dénonçant le devis antérieur parce que n’étant plus en adéquation avec l’étude de sol. Ce ne fut pas le cas car sans autres concertations, l'entreprise réalisait les pieux (3 juillet) en fonction de leur devis.

Soucieux de la bonne exécution des travaux réalisés par des amateurs, et ce d’autant plus que l’ouvrage n’a pas le droit à la couverture que confère “la responsabilité décennale” (ce qui en cas de revente du bien peut poser problème) nous avons intégré dans les “coûts” du projet,les prestations d’ un bureau d’étude APAVE ayant pour mission d’apporter un “contrôle qualité certifié”

Le problème des fondations s’est posé quand APAVE a fait le constat que, compte tenu de l’étude de sol, la réalisation parl'entreprise sous traitante  des fondations n’était pas en adéquation et que par conséquent il émettait un avis défavorable.

Choisissant la pire des décisions, les autos-constructeurs décidaient de porter l'affaire devant la justice.

Pourtant des solutions existent

Une première démarche auprès des compagnons du devoir qui ont autorité en la matière et qui, en fonction des remèdes qu'ils ont proposé pour remédier au défaut des fondations,  permettait de faire une proposition concrète.

.Parmi les techniques d’avant garde en matière de fondations, les technos pieux apportent une solution originale tout à fait adaptée aux maisons à ossature bois. Les éts Merlot à Chatellerault se sont équipés et réalisent ce type de travaux pour lesquels ils ont une qualification. Dans le cadre de ce conflit, le responsable de cette technologie, propose de chiffrer les coûts d’une intervention éventuelle sur le chantier de Vendeuvre.  Au vu de l’état des lieux, l’entreprise Merlot estime tout à fait réalisable avec son système, la reprise des fondations. Elle chiffre le coût de cette reprise et apporte la garantie d’une réalisation conforme au DTU à 14 000 € par maison. 

Le contrôleur de l'APAVE  qui, lui aussi est persuadé qu'il y a des solutions de renforcement des fondations et exclue la solution ultime <<on efface tout et on recommence !>>

Dans un cas de figure comme celui ci, il y a deux attitudes:

  • Draconien, on s'appuie sur le verdict d'un bureau d'étude qui émet une sentence, sans accepter le fait  « qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son" et foncer tête baissée au tribunal !

  • Pragmatique en faisant une recherche tendant vers la solution à apporter, laquelle solution peut emprunter des voies plus "empiriques" que celles préconisées par un bureau d’étude, en faisant appel au bon sens auprès de structures qui, ayant été confrontées à des cas similaires, peuvent proposer des réponses en adéquation avec le problème.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×